samedi 8 avril 2017

Cannibales

James Cole, spécialiste du paléolithique à l'Université de Brighton, au Royaume-Uni, a établi un tableau des différentes parties du corps humain indiquant leur poids respectif et leur valeur nutritionnelle exprimée en calories (graisse et protéines).

De cette table, publiée jeudi dans la revue Scientific Reports, il ressort qu' « au niveau individuel, l'homme affiche un taux calorique peu élevé. Et même si vous mettez cinq ou six individus, cela procurera toujours moins de calories qu'un seul cheval ou un bison », note James Cole.

Avons-nous changé depuis le paléolithique ? Incontestablement. L'homme a fait du cannibalisme un tabou et c'est tant mieux. Cela dit, en cherchant bien, on trouve encore aujourd'hui certains de nos congénères qui, ayant faim de pouvoir, chassent les électeurs pour casser la croûte.

- - -

Billet initialement publié ici.