lundi 5 juillet 2010

Houdini

Houdini, le grand magicien, expliquait que ce que l’œil voit et que l’oreille entend, l’esprit le croit.

Il avait tout prévu pour nous fasciner : les sons, les images. Des tours extraordinaires. Des choses époustouflantes.

Des histoires d’amour, des amitiés qui se brisent, des trahisons, des vengeances. Tout était faux, mais le public y croyait.

Des divorces, des remariages, des renoncements. Des alliances nouvelles avec les ennemis d’hier aussi.


Mais le public est curieux. Au fil de chaque spectacle, il cherche les failles dans les artifices.

Certains ferment les yeux pour mieux entendre. D’autres se bouchent les oreilles pour mieux voir.

Mais lui ne le remarquait pas. Il était sûr de son art, de sa capacité à faire illusion.

Car il avait appris la magie : ce que l’œil voit et que l’oreille entend, l’esprit le croit. Le public !

Mais à force de voir toujours les mêmes tours, le public a vu les ficelles. Certaines fines, d'autres plus grosses.

Le public se mit alors à déserter les salles, à ne plus lire que les critiques. Certains même à ne plus croire en lui.

Les dernières tournées furent des échecs. Les histoires d’amour, les amitiés, les trahisons, les vengeances... Tout semblait faux.

J'ai toujours été dans le public. J'ai regardé, les yeux écarquillés, les oreilles à l'affut, le spectacle de la politique.

Ce que mes yeux voient, ce que mes oreilles entendent, mon esprit ne le croit plus depuis des années. Et ça me manque.

Twitstory du 5 juillet 2010 entre 23 heures et 23 h 30 sur la TL de @christreporter